Accueil / Actualités / L’entretien d’un lifting cervico facial
Entretien lifting visage

L’entretien d’un lifting cervico facial

Les patient(e)s ont souvent l’impression qu’une fois leur lifting réalisé, il n’y a plus ”rien à faire” et ce pendant plusieurs années. C’est…faux. Un lifting, contrairement à ce que l’on pourrait penser, cela s’entretient ! 

Comment et pourquoi entretenir son lifting cervico-facial ? Quelles solutions sont recommandées ?

Rappel : que traite un lifting cervico facial ? 

Le lifting cervico-facial traite principalement le relâchement cutané du au vieillissement de la peau et des tissus à plusieurs niveaux : 

  • Au niveau jugal, 
  • Au niveau de l’ovale du visage, 
  • Au niveau du cou, 
  • Enfin, de l’angle cervico-mentonnier. 

En ce qui concerne le relâchement cutané, un lifting du visage et du cou traite à la fois :

  • Le relâchement superficiel via le retrait de l’excès cutané relatif par perte d’élasticité
  • Le relâchement profond via la remise en position des volumes affaissés et un repositionnement musculaire

 

Pour un résultat idéal, il est nécessaire d’associer le traitement de l’atrophie cutanée à des injections de graisse autologue (également appelé lipofilling). Cela permet de donner un résultat encore plus naturel, de rééquilibrer les volumes. Cette lipostructure  a également l’avantage d’améliorer la qualité de la peau.

Le but d’un lifting du visage et du cou est un rajeunissement global, dont le résultat est extrêmement naturel et harmonieux.

Pourquoi entretenir son lifting cervico-facial ?

Si un lifting permet de “gagner” une dizaine d’années, ce geste chirurgical n’empêche pas le phénomène naturel et inéluctable du vieillissement de la peau, et notamment celui de relâchement cutané…et donc l’entretien de sa peau et des résultats de cette intervention de chirurgie esthétique. En clair, l’excès cutané récidivera.

La survenue d’un nouvel excès cutané peut dépendre de plusieurs facteurs : 

  • Il est lié à l’âge de la ou du patient(e), 
  • Il est lié à la technique de lifting cervico-facial utilisée et pratiquée par le chirurgien : par exemple, un lifting SMAS sera toujours plus stable qu’un lifting sous cutané pur.
  • La qualité de la peau.

 

D’autres facteurs entrent en jeu également dans la réapparition d’un relâchement après un lifting cervico-facial : 

  • La notion de force contribue à favoriser le relâchement cutané : sous l’effet de la gravité et le poids des tissus, la ptôse de la peau peut en effet récidiver au fur et à mesure que les années passent. Comme évoqué plus haut, ce phénomène est – hélas – inéluctable ! Néanmoins, dans certains cas, sachez que la pose de fils tenseurs résorbables permet de compenser ou stabiliser le travail de la gravité.
  • La contraction des muscles peaucier abaisseurs (qui s’opposent aux muscles élévateurs) – en particulier le muscle platysma cervical et le muscle depressor anguli oris – ont tendance à tirer les joues, la commissure des lèvres et le cou vers le bas et contribuent à favoriser ou accélérer la récidive.

Comment entretenir son lifting cervico-facial ?

Par conséquent, des traitements préventifs sont nécessaires pour entretenir les résultats de votre intervention le plus longtemps possible ! 

Les techniques de médecine esthétique , soit des solutions sans chirurgie et non-invasives dont les résultats sont transitoires, sont toutes indiquées.

Entretenir son lifting : les injections de toxine botulique 

La toxine botulique inhibe la libération d’acétylcholine, un neuromédiateur responsable du passage de l’information entre le nerf et le muscle. Des injections ciblées, précises, de “botox” vont détendre les muscles visés. On l’utilise traditionnellement pour limiter l’apparition des rides d’expression : entre les sourcils (rides du lion) mais également au niveau front et autour des yeux (rides de la patte d’oie).

Un traitement préventif par toxine botulique en bas du visage va permettre d’affaiblir le platysma cervical et le muscle dépresseur de l’angle de la bouche et donc de limiter la force de la gravité, celle des muscles et donc la ptôse. Ce traitement d’entretien par injections de botox est recommandé 2 fois par an, ces effets étant transitoires.

Entretenir son lifting avec les injections d’acide hyaluronique

L’acide hyaluronique est une molécule naturellement présente dans le derme. C’est elle qui confère à la peau sa souplesse, son côté pulpeux. Comme le collagène, elle a tendance à diminuer avec l’âge et le temps qui passe. 

En médecine esthétique, l’acide hyaluronique se présente sous forme de gel plus ou moins visqueux. On parle de “réticulation”. En fonction de la zone traitée, on utilise des acides hyaluroniques spécifiques et adaptés, de réticulations diverses.

De par sa nature, l’acide hyaluronique permet de combler des sillons et des cassures dermiques, de rééquilibrer des volumes, de remodeler certaines parties d’un visage. 

C’est donc un véritable allié pour entretenir les résultats d’un lifting et la jeunesse de sa peau.

Ainsi, pour contrer le phénomène d’atrophie, des injections régulières d’acide hyaluronique sont recommandées. Elles peuvent parfois être très ciblées, notamment au niveau de la mandibule ou des pommettes, en augmentant la projection de ces dernières et en apportant un soutien. De plus, les injections d’acide hyaluronique ont un effet tenseur, par exemple sur l’ovale du visage et sur le cou. Un peu comme une corde à linge qu’on retendrait en écartant davantage les pinces, plutôt que de couper la corde.

Entretien de votre lifting : conclusion

Un traitement médical et un vrai suivi médical permettent d’entretenir les résultats de votre lifting cervico-facial . Des séances d’injections de toxine botulique et d’acide hyaluronique permettront de garder les bénéfices le plus longtemps possible, et ce, même si ce lifting a été réalisé avec la meilleure technique possible et dans les règles de l’art. 

Interventions liées

Une question ? Prendre rendez-vous ?