Accueil / Reconstruction / Reconstruction mammaire après cancer du sein / Reconstruction mammaire par lambeau libre DIEP

Reconstruction mammaire par lambeau libre DIEP

En matière de reconstruction mammaire, chaque patiente est différente. Ce qui est nécessaire pour l’une, ne l’est pas forcement pour l’autre… L’analyse précise de l’aire mammaire du côté mastectomisé, du sein controlatéral et de la silhouette permet d’aboutir à une solution personnalisée et « sur-mesure », dans le but d’offrir un joli résultat, stable dans le temps, tout en limitant au maximum les risques d’imperfections et de complications.

Reconstruction mammaire par lambeau libre DIEP

En quoi consiste le DIEP ?

La reconstruction mammaire par lambeau libre DIEP consiste à disséquer un fuseau horizontal de peau et de graisse prélevé dans la région abdominale sous-ombilicale avec une artère et une veine mais sans le muscle grand droit et son aponévrose, puis à le transférer au niveau du thorax et à le garder vivant grâce à la reconnexion des vaisseaux avec des vaisseaux de l’aisselle ou du thorax. Cette méthode fait appel à la microchirurgie.

Ce lambeau est modelé au niveau du thorax afin de reconstruire un sein naturel, sans apport prothétique, le volume apporté étant tel qu’il permet au chirurgien de se passer de l’utilisation de toute prothèse interne. Le sein reconstruit n’aura que peu de sensibilité au toucher.

La technique donne au sein reconstruit une forme et une souplesse relativement naturelle puisqu’il est constitué des propres tissus de la patiente.

La fermeture du site donneur engendre une cicatrice inférieure sur toute la largeur de l’abdomen.

L’amélioration de la silhouette au niveau du ventre est souvent perçue comme un agrément.

Aucun renfort synthétique n’est mis en place pour consolider la paroi abdominale car le fait de ne pas emporter le muscle grand droit et son aponévrose prévient la fragilisation de la paroi.

À qui s’adresse le DIEP?

La reconstruction du sein par lambeau libre DIEP est indiquée quand la qualité et la quantité de la peau mammaire ne permettent pas de placer un implant, et lorsque la morphologie du thorax, la taille et la forme du sein controlatéral s’y prêtent. Le DIEP est une technique qui peut être proposée uniquement aux patientes présentant un ventre assez généreux.

  • Qualitativement, lorsque la peau est n’est ni souple ni laxe, et que la patiente a été irradiée.
  • Quantitativement, lorsque la peau de l’aire mammaire est très insuffisante.

 

Il s’agit d’une intervention techniquement délicate.

Plus de détails sur la reconstruction mammaire par lambeau libre DIEP

Un bilan préopératoire habituel est réalisé conformément aux prescriptions.

Le médecin anesthésiste doit être vu en consultation au moins un mois avant l’intervention et au plus tard 48 heures avant l’intervention.

Un scanner préopératoire de la paroi abdominale doit être réalisé avant l’intervention pour localiser les vaisseaux.

Aucun médicament contenant de l’Aspirine ne doit être pris dans les 10 jours précédant l’intervention. Les traitements antihormones (TAMOXIFENE…) doivent être arrêtés 3 semaines avant l’intervention.

L’arrêt du tabac est indispensable. Il est souvent responsable de l’échec de l’intervention.

L’intervention est réalisée sous anesthésie générale et dure de 5 à 7 heures.

Des drains permettant d’aspirer les écoulements postopératoires et de diminuer le risque d’hématome sont mis en place.

Des capteurs de surveillance du lambeau sont également mis en place.

La vitalité du lambeau (sa couleur, sa chaleur, son pouls capillaire) est contrôlée puis sera surveillée régulièrement.

Les pertes sanguines peuvent être importantes et nécessiter une transfusion.

4 à 5 nuits d’hospitalisation sont habituelles.

Le premier jour post opératoire permet d’effectuer le contrôle chirurgical.

Le pansement compressif abdominal est retiré.

La gaine abdominale est mise en place. Elle doit être portée pendant un mois.

La douche est autorisée dès le 2e jour post opératoire sur les cicatrices. Un pansement plus léger est ensuite mis en place sur chaque cicatrice. Ces pansements sont changés tous les jours pendants 8 jours, puis les cicatrices sont laissées à l’air.

Les drains sont enlevés entre le 2e et le 5e jour.

Le soutien-gorge est porté à partir du 8e jour et doit être porté jour et nuit pendant un mois. Il ne doit pas être trop serré afin de ne pas comprimer les vaisseaux nourriciers du lambeau qui sont parfois situés sous l’aisselle. D’ailleurs il est recommandé de marcher main sur la hanche comme un mannequin pendant 2 à 3 semaines post opératoire.

L’éviction professionnelle dure en général de 2 mois.

La reconstruction mammaire par DIEP est une intervention qui peut être douloureuse, aussi la prise en charge médico-chirurgicale est très focalisée sur la réduction de ces douleurs. Des traitements antalgiques sont prescrits par les médecins anesthésistes. Une prévention des accidents thromboemboliques est prescrite également pour 15 jours. Des bas anti-thrombose doivent également être portés pendant 10 jours.

La reprise des activités sportives doit être progressive, à partir de 2 mois.

Les visites de contrôle ont lieu quelques jours après la sortie puis s’espacent progressivement. Elles permettent de s’assurer de la bonne cicatrisation. Il n’y a pas de à fils retirer car ils sont résorbables.

Le résultat d’une reconstruction mammaire par lambeau libre DIEP apparait au bout de quelques mois. Des asymétries de volume ou de hauteur des seins persistent quasi toujours. Elles justifient la nécessité du 2e temps de la reconstruction pour symétriser le sein controlatéral, injecter de la graisse pour améliorer la reconstruction et reconstruire l’aréole et le mamelon.

Cependant, il est malheureusement impossible de reconstituer un sein parfaitement symétrique à l’autre. Il persistera toujours une asymétrie des deux seins, qu’il s’agisse :

  • Du volume : la base du sein ne sera jamais parfaitement identique.
  • De la forme : l’étalement des deux seins peut être différent.
  • De la couleur : une petite différence est souvent présente.
  • De la sensibilité : le sein reconstruit est peu sensible. Chez certaines patientes, l’intégration psychique de ce volume insensible peut être difficile et une période d’ambivalence d’au moins six mois est souvent constatée. L’entourage médical et familial joue un rôle important dans cette période durant laquelle la patiente a besoin d’être rassurée.

 

Cette intervention est définitive et peut être réalisée 6 à 12 mois après la fin des traitements de la maladie.

Le prélèvement du DIEP entraîne peu de gêne fonctionnelle notable dans la vie quotidienne. Il peut persister une faiblesse au niveau des muscles abdominaux qui peut gêner une femme sportive, mais cette perte de force est très faible : moins de 30% du côté du muscle disséqué. Des séances de kinésithérapie sont dans tous les cas systématiquement prescrits.

Lire plus

Autres interventions

Reconstruction mammaire par prothèse

La reconstruction mammaire par prothèse repose sur la mise en place d’un implant sous la peau et sous le muscle pectoral. Elle ne crée pas de cicatrice supplémentaire à la cicatrice de mastectomie. Cette reconstruction peut être immédiate, c’est-à-dire dans le même temps que la mastectomie ou différée, quelques mois après les traitements.

Reconstruction mammaire deuxième temps

Des asymétries de volume ou de hauteur des seins persistent quasi toujours à la fin du temps de reconstruction du volume mammaire. Elles justifient la nécessité du 2e temps de la reconstruction pour symétriser le sein controlatéral et reconstruire l’aréole et le mamelon. Il est réalisée quelques mois après la reconstruction du volume pour laisser au sein reconstruit le temps de « prendre sa place ».

Reconstruction mammaire par lipostructure

La reconstruction mammaire par lipofilling consiste à reconstruire le volume mammaire par la propre graisse de la patiente, en plusieurs séances. Elle ne crée pas de cicatrice supplémentaire à la cicatrice de mastectomie. Cette reconstruction ne peut jamais être immédiate, c’est-à-dire dans le même temps que la mastectomie mais seulement différée, quelques mois après les traitements. Elle s’adresse plutôt aux patientes n’ayant pas été irradiées.

Reconstruction mammaire par lambeau dorsal

La reconstruction mammaire par lambeau musculo-cutané de grand dorsal repose sur le prélèvement de peau et de muscle dans le dos. Il crée une cicatrice supplémentaire à cet endroit et permet d’apporter des tissus sains en quantité suffisante pour couvrir un implant ou pour accueillir des greffes adipocytaires.

Une question ? Prendre rendez-vous ?