Accueil / Silhouette / Lipoaspiration / Liposuccion

Liposuccion

La solution chirurgicale pour supprimer les amas graisseux

Certains individus vivent mal le déséquilibre de volume de certaines régions de leur corps qu’ils trouvent parfois trop importantes. Ces surcharges graisseuses localisées sont très souvent résistantes à l’amaigrissement attendu suite à un régime alimentaire ou à l’exercice physique. La lipoaspiration ou liposuccion permet de remédier à ces « défauts » du corps qui sont source de complexes et de souffrance psychique.

Ainsi, la lipoaspiration permet de supprimer les surcharges graisseuses localisées de manière radicale et définitive, mais ne constitue en aucun cas une méthode d’amaigrissement, en particulier en cas de surpoids important. L’obésité est par ailleurs actuellement traitée chirurgicalement par des méthodes bien spécifiques et le recours à un spécialiste de ces traitements est dans ce cas nécessaire.
Cette technique implique la présence indispensable de lipoméries qui doivent être de bonnes candidates à la lipoaspiration. En leur absence, cette intervention est strictement impossible.

Liposuccion

Quelles sont les zones qui peuvent être traitées par lipoaspiration ?

La lipoaspiration permet une réduction de volume des régions suivantes :

  • L’abdomen (Elle ne traite que la graisse superficielle et ne permet pas de retirer la graisse profonde intra-abdominale, fréquente chez l’homme, ni de retendre les muscles et de retirer la peau en excès.)
  • Les flancs et le bas du dos (poignées d’amour)
  • Le haut du dos
  • Les hanches (culotte de cheval)
  • La face interne et postérieure des cuisses (Elle ne traite que la graisse et ne permet pas de retirer la peau en excès.)
  • La face interne des genoux
  • Les mollets et les chevilles
  • Les bras (Elle ne traite que la graisse et ne permet pas de retirer la peau en excès.)
  • Le cou (Elle ne traite que la graisse et ne permet pas de retirer la peau en excès.)

 

Les fesses et la « banane sous-fessière » ne sont, quant à elles, jamais aspirées. Le Coolsculpting permet de traiter cette dernière.

Le nombre de régions à aspirer lors de l’intervention est dépendante du statut pondéral et de la répartition de la graisse car la quantité que l’on peut aspirer ne doit en général pas dépasser 3 à 4 litres pour des raisons de sécurité. Ainsi, parfois, toutes les lipoméries d’un individu ne pourront être traitées en même temps, et 2 interventions seront alors à prévoir.

Une aspiration en quantité trop importante expose aux risques :

  • D’anémie très importante se manifestant par une très forte fatigue et une longue récupération post-opératoire. Cette anémie peut parfois nécessiter une transfusion sanguine.
  • D’accidents thromboemboliques.

Les innovations dans le domaine de la lipoaspiration

La lipoaspiration moderne présente quelques particularités dont l’objectif est d’améliorer la qualité du résultat.

  • La graisse est aspirée avec une canule plus fine que lors d’une lipoaspiration simple, en pratique 3 mm de diamètre en plus des canules de 4 ou 5 mm habituelles. Cette canule permet d’aspirer la graisse sous-cutanée superficielle et contribue à l’amélioration de l’aspect de la peau par la rétraction cutanée qu’elle induit.
  • La graisse est aspirée au moyen d’un instrument spécial, le système MICROAIR, qui aujourd’hui fait référence mondialement. L’objectif est d’améliorer la précision, la régularité et l’efficacité de l’aspiration.

Ces subtilités techniques ont aussi pour conséquence d’améliorer la qualité du résultat de la lipoaspiration. Le travail est plus fin et plus efficace, il y a moins de risque d’irrégularités, de vagues et de capitons.

De plus, la graisse aspirée peut être réutilisée pour être injectée dans d’autres régions du corps :

 

Dans ce cas, l’aspiration est réalisée avec une force d’aspiration (dépression) plus faible que lors d’une lipoaspiration sans réinjection afin d’éviter de traumatiser les cellules graisseuses.

Plus de détails sur la lipoaspiration

La première consultation permet d’analyser l’ensemble de la silhouette et les lipoméries afin de déterminer les zones qui peuvent bénéficier d’une lipoaspiration. Cette analyse précise permet de proposer une solution personnalisée et « sur-mesure », dans le but d’offrir un résultat satisfaisant en accord avec chaque demande.

Un protocole détaillé des zones aspirées est donc établi et la quantité prévisionnelle de graisse aspirée est évaluée. Dans le cas d’une lipoaspiration en 2 temps, les zones sont reparties sur chacun des temps opératoires afin d’être le plus efficace possible.

La technique est expliquée en détail et les complications éventuelles sont expliquées.

Des photographies médicales sont prises.

Une gaine de contention adaptée aux zones traitées est prescrite.

La deuxième consultation permet de répondre aux questions et de s’assurer que l’ensemble des informations ont été transmises et comprises.

L’arrêt de la prise d’aspirine ou d’anti-inflammatoires dans les 10 jours qui précèdent l’intervention est indispensable pour réduire le risque hémorragique. L’arrêt de la contraception orale avant l’intervention est parfois nécessaire pour réduire les risques d’accident thromboembolique chez les femmes. Leur prévention est d’ailleurs systématique en post opératoire et repose sur le port de bas de contention et des injections quotidiennes d’anticoagulants pendant 8 jours en moyenne.

L’arrêt du tabac est important afin d’améliorer la cicatrisation de de réduire les risques d’accident thromboembolique.

Une visite pre anesthésique et une prise de sang sont nécessaires au plus tard 48 heures avant l’intervention.

L’entrée à l’hôpital Américain ou à la Clinique Turin se fait le jour de l’intervention.

Elle dure habituellement 1 à 2 heures.

Un soin particulier est apporté au placement des cicatrices qui classiquement mesurent 3 à 4 mm de long et peuvent être dissimulées dans des plis de flexion ou au hasard sur la surface d’une lipomérie. En général, 2 à 3 « petites » cicatrices sont nécessaires par zones d’aspiration pour pouvoir prélever la graisse en triangulation, ce qui augmente également la qualité du résultat de la lipoaspiration. Il est impératif que les cicatrices ne soient pas symétriques entre le côté droit et le côté gauche du corps afin d’éviter d’attirer le regard.

Une nuit d’hospitalisation est habituelle pour les lipoaspirations importantes sinon, l’intervention peut être réalisée en ambulatoire.

Des petits pansements sont mis en place sur chaque cicatrice à la fin de l’intervention.

La sortie est faite après contrôle chirurgical.

Une prise de sang est réalisée pour rechercher une éventuelle anémie.

La douche est autorisée dès le 1er jour post opératoire sur les cicatrices.

Les pansements sont changés tous les jours pendants 8 jours. Puis les cicatrices sont laissées à l’air.

La gaine doit être portée jour et nuit pendant un mois.

L’éviction professionnelle dure en général 1 semaine.

La lipoaspiration n’est pas une intervention douloureuse, mais la prise en charge médico-chirurgicale est très focalisée sur le traitement des éventuelles douleurs. Ainsi, des traitements antalgiques sont prescrits par les médecins anesthésistes. Une prophylaxie des accidents thromboemboliques est également prescrite pour 8 jours.

La reprise des activités sportives doit être progressive, à partir d’un mois.

Les visites de contrôle ont lieu quelques jours plus tard puis s’espacent progressivement. Elles permettent de s’assurer de la bonne cicatrisation, et de retirer les fils non résorbables.

Le résultat d’une lipoaspiration apparait au bout de 3 mois, quand l’œdème a disparu. En revanche, la rétraction cutanée nécessite plus de temps, aussi le résultat va s’améliorer pendant l’année qui suit l’intervention.

La durée de vie d’une lipoaspiration est définitive, car les adipocyte ne se régénèrent pas dans l’organisme, sous réserve de stabilité du statut pondéral.

Cette intervention peut être réalisée dès que le patient est majeur et est réalisable toute la vie.

Lire plus

Une question ? Prendre rendez-vous ?