Accueil / Silhouette / Augmentation de volume / Augmentation des fesses par prothèse

Augmentation des fesses par prothèse

Implants fessiers

“La patrie, l’honneur, la liberté, il n’y a rien : l’univers tourne autour d’une paire de fesses, c’est tout…” disait Jean Paul Sartre.

Les fesses sont entrées dans l’air du temps et avoir de « belles fesses » est devenu important de nos jours. « Beach culture » et influence des réseaux sociaux ont fait croître la demande qui répond une offre technique grandissante d’embellissement glutéal, en particulier par prothèses fessières.

Augmentation des fesses par prothèse

En quoi consiste l’augmentation des fesses par prothèse ?

L’intervention d’augmentation glutéale par prothèse fessière est ancienne mais a bénéficié de nombreuses améliorations techniques. Elle est utilisée du point de vue esthétique pour :

  • Augmenter le volume et la projection de fesses naturellement petites et plates.
  • Restaurer le volume et la projection des fesses après une perte de poids.

 

Cette intervention s’adresse aussi bien aux hommes qu’aux femmes.

En matière d’augmentation glutéale par implant fessier, chaque patient est différent. L’analyse des fesses permet d’aboutir à une solution personnalisée et « sur-mesure », dans le but d’offrir un joli résultat, stable dans le temps, tout en limitant au maximum les risques d’imperfections et de complications.

Deux formes d'implants fessiers : anatomique ou ronde

Les fabricants d’implants fessiers proposent diverses gammes qui varient en forme et en volume.

Aujourd’hui, les prothèses fessières disponibles sur le marché français sont soumis à des normes précises et rigoureuses : marquage CE + autorisation de l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé).

Tous les implants glutéaux utilisés sont composés d’une enveloppe, et d’un produit de remplissage.

L’enveloppe est toujours constituée de silicone élastique et est toujours lisse. L’exceptionnelle résistance de l’enveloppe prévient la perspiration produit de remplissage à travers la membrane, l’usure et la rupture.

Le produit de remplissage autorisés en France est le gel de silicone, et les implants sont pré-remplis par le fabricant.

Le gel de silicone est une substance gélatineuse qui dans le cas des implants fessiers est forcément très cohésif. Cette forte cohésivité permet au gel et à la prothèse de ne pas se déformer dans l’organisme suite aux contraintes appliquées sur les prothèses tous les jours, en particulier lors de la station assise prolongée, et de réduire drastiquement le risque de rupture de l’implant donc le risque de diffusion du gel dans le corps. Cette substance n’est d’ailleurs pas absorbable par l’organisme.

Les prothèses fessières peuvent être de forme anatomique ou ronde.

Les implants fessiers anatomiques, dont la forme n’est pas identique en tout point de leur périphérie, doivent être mise en place de manière orientée lors de l’intervention.

 

Avec une enveloppe lisse, il existe un risque accru de déformation secondaire de la fesse par rotation de l’implant. Aussi, hormis quelques indications particulières comme les patientes très grandes, ou des fesses exagérément longues, leur emploi doit être bien mesuré.

Les implants fessiers ronds, quant à eux, permettent de bien projeter les fesses et leur forme n’est pas modifiée en cas de rotation de l’implant, les prothèses étant identiques en tout point de leur périphérie.

 

Certains fabricants proposent aujourd’hui 2 gammes d’implants ronds, les implants classiques, convexes, et les implants biconvexes qui offrent l’avantage d’augmenter encore plus la projection et qui rendent imperceptible l’exceptionnel retournement de la prothèse.

 

Plus de détails sur l’augmentation des fesses par prothèse

La première consultation permet d’analyser les fesses, et d’établir le plan de traitement en accord avec chaque demande. La taille et la forme des implants fessiers sera déterminée grâce à des mesures, en accord avec le volume désiré par le patient.

La technique est expliquée en détail et les complications éventuelles sont expliquées.

Des photographies médicales des fesses sont prises.

Une gaine compressive, dont le but est de maintenir les fesses, est prescrite.

La deuxième consultation permet de répondre aux questions et de s’assurer que l’ensemble des informations ont été transmises et comprises.

L’arrêt de la prise d’aspirine, d’anti-inflammatoires, ou d’anticoagulants oraux dans les 10 jours qui précèdent l’intervention est indispensable pour réduire le risque hémorragique. L’arrêt de la contraception orale avant l’intervention est peut-être nécessaire chez les femmes.

L’arrêt du tabac est important afin d’éviter la souffrance cutanée et de réduire les risques d’infection.

Une visite pre anesthésique et une prise de sang sont nécessaires au plus tard 48 heures avant l’intervention.

L’entrée à l’hôpital Américain ou à la Clinique Turin se fait le jour de l’intervention.

Elle dure habituellement 1 à 2 heures. Aucun drain n’est mis en place.

La technique moderne de mise en place d’implants fessiers nécessite 2 cicatrices, une par fesse, de part et d’autre du sillon interfessier. Un soin particulier est apporté à leur placement, en baïonnette, au sommet du sillon, en veillant à ce qu’elle ne se voient pas.

La prothèse peut être placée sous la peau et la graisse de la fesse ou dans le muscle moyen fessier. Le site d’implantation sous fascial rend plus difficile la parfaite dissimulation de l’implant. Ce site d’implantation doit être évité. Le site d’implantation intramusculaire permet de masquer l’implant et de limiter sa migration. C’est aujourd’hui le site d’implantation de référence.

Des améliorations techniques ont été introduites récemment. La « technique composite » consiste en la mise en place d’un implant fessier auquel on associe une lipostructure de la partie externe de la fesse, mais également périprothétique. Ceci permet d’augmenter le camouflage de la prothèse fessière et d’obtenir un résultat encore plus naturel.

Une nuit d’hospitalisation est habituelle.

La sortie est faite après ouverture du pansement compressif et contrôle chirurgical.

La douche est autorisée dès le 1er jour post opératoire sur les cicatrices.

Un pansement plus léger est ensuite mis en place sur chaque cicatrice puis la gaine est portée. Elle doit être portée jour et nuit pendant un mois.

Ces pansements sont changés tous les jours pendants 8 jours. Puis les cicatrices sont laissées à l’air.

L’éviction professionnelle dure en général 2 semaines. Il faut éviter la station assise prolongée et privilégier la station debout ou allongée sur le ventre pendant 15 jours.

L’augmentation glutéale par prothèse fessière est une intervention qui peut être douloureuse, aussi la prise en charge médico-chirurgicale est très focalisée sur la réduction de ces douleurs. Des traitements antalgiques sont prescrits par les médecins anesthésistes.

La reprise des activités sportives doit être progressive, à partir d’un mois.

Les visites de contrôle ont lieu quelques jours plus tard puis s’espacent progressivement. Elles permettent de s’assurer de la bonne cicatrisation. Il n’y a pas de à fils retirer car ils sont résorbables.

Le résultat d’une augmentation glutéale par implant fessier apparait au bout de quelques mois.

Des asymétries peuvent exister après la mise en place d’implants. Elles traduisent une anomalie préexistante majorée par les prothèses.

Après introduction de la prothèse fessière, le corps réagit en isolant celui-ci du reste de l’organisme au moyen d’une membrane, c’est la capsule périprothétique. Le plus souvent, celle-ci est fine, souple, et imperceptible. Parfois, cette réaction est exagérée et la capsule s’épaissit, se rétracte. Ce sont les « coques ». Les fesses deviennent fermes voir dures.

Parfois elles peuvent être déformées voire douloureuses. Ces coques peuvent être à l’origine d’asymétrie des fesses. Le plus souvent aucune cause n’est retrouvée. Les coques peuvent survenir de manière imprévisible, même des années après l’intervention. Les moyens mis en œuvre pour les prévenir reposent sur la technique opératoire et sur les progrès des fabricants d’implants fessiers. Le traitement est chirurgical et nécessite le changement d’implant associé à une capsulectomie. La récidive est malheureusement toujours possible.

La durée de vie de l’intervention est dépendante de la qualité des tissus et de l’état des implants fessiers. En effet, la prothèse est un corps étranger soumis à des contraintes quotidiennes qui conduit à une usure progressive de l’enveloppe années après années. Cette usure peut se solder par une rupture de cette dernière et peut aboutir à une fuite du produit de remplissage, on parle de rupture intracapsulaire. Exceptionnellement le produit de remplissage arrive à migrer, on parle alors de rupture extracapsulaire. Cependant, la rupture passe souvent inaperçue. Aussi, une surveillance par échographie doit être effectué régulièrement pour apprécier l’état des implants. Au-delà de 10 ans, une IRM doit y être associée afin d’augmenter la sensibilité du test de dépistage. Le traitement repose sur une réintervention en vue de changer les prothèses. Les laboratoires de prothèses fessières offrent une garantie en cas de rupture, dont les modalités de mise en œuvre varient d’un fabricant à l’autre.

Cette intervention peut être réalisée dès que le patient est majeur et est réalisable toute la vie.

Lire plus

Autres interventions

Augmentation des fesses par injection de graisse

Certains patients ne font pas la demande d’amélioration de leur silhouette par refus d’être porteur de corps étrangers, en pratique d’implants glutéaux, ou d’avoir des cicatrices. L’injection de graisse dans les fesses, ou lipofilling glutéal, permet alors de les embellir sans corps étranger.

Augmentation des mollets par prothèse

Les mollets peuvent manquer de forme ou de volume. La plastie d’augmentation des mollets par prothèse est utilisée du point de vue esthétique pour augmenter leur volume et améliorer leur forme naturellement non galbée.

Une question ? Prendre rendez-vous ?